Bref, j’ai écrit à Coca.

31 juil

Dans ma réflexion sur l’évolution des lettres de motivation j’ai eu, et j’ai encore, pas mal d’idées un peu farfelues, comme vous avez pu le lire sur le blog. Et des fois un simple défi amusant peut permettre de garder la motivation dans ce genre de moments.

porte d'entrée, publicités coca cola

Comment est-ce que j’en suis venu là ? C’est très simple. Je me trouvais dans le RER C en direction de Versailles, lorsque, laissant divaguer mon esprit, je fit une comparaison entre ma situation de demandeur d’emploi et celle du naufragé sur une île déserte. Abandonné sur l’île du non-emploi, privé de ce que la société considère comme une intégration normale, j’étais là comme un pirate abandonné avec mes lettres originales. Mais sans rhum et sans pistolet.

Je me suis alors dit que ça serait amusant de faire une lettre de motivation façon bouteille à la mer. Et le RER C a quitté la gare de Issy, m’offrant une vue imprenable sur… le siège de Coca-Cola à Paris. Illumination, éclair de… génie je ne sais pas, mais éclair quand même, ça fait mal. Et l’évidence m’a frappée (ça fait mal aussi) : ça serait encore plus amusant de faire une lettre de motivation de naufragé dans une vraie bouteille. Et que Coca-Cola pouvait me donner cette possibilité.

 

20130724_025439

 

J’ai donc rédigé une jolie lettre qui commence par Naufragé sur l’île de la recherche d’emploi et qui se termine par En espérant que le bateau Coca-Cola puisse me recueillir à son bord, manuscrite bien sûr, partie la plus facile.
J’ai ensuite récupéré une bouteille en restaurant (celles du commerce classiques n’ont pas d’étiquettes, c’était moins esthétique.), j’ai roulé un CV et une lettre à l’intérieur et réencapsulé le tout de manière à ce que le petit rouleau sorte de la bouteille au décapsulage.

J’ai voulu envoyer cette demande vibrante à la DRH. Qui doit avoir des montagnes de papiers sur son bureau, et payer un colis me paraissait aussi financièrement dommage que peu amusant pour le défi. J’ai donc profité d’un passage en camionnette à Issy pour me faire passer pour un transporteur et déposer directement le colis au Service Courrier dans les entrailles du siège de Coca-Cola !

Et évidemment, avec étiquettes de transport et fiches de route personnalisées… je vous laisse juger du résultat.

 

fausses fiches

 

 

Mission accomplie la semaine dernière ! Il ne me reste plus qu’à espérer que le Service Courrier n’a pas ouvert le colis avant, et disposé de la chose comme bon lui semblait, et dans le meilleure des cas attendre une réponse !

 

20130724_113904

3 Réponses to “Bref, j’ai écrit à Coca.”

  1. Antoine Jolivet 24 août 2013 at 22 h 06 min #

    Alors là, mon cher, pour un monumental coup de génie, c’en est un ! Je te tire mon chapeau !

    En tant que confrère dans la recherche de salaire, j’applaudis de toutes les mains !

  2. ThomasR 5 septembre 2013 at 14 h 11 min #

    Alors, des news ? :)

    • Thibault Hycarius 16 septembre 2013 at 0 h 25 min #

      Absolument pas ! C’est très décevant d’ailleurs, mais je me suis bien amusé, c’est déjà ça de pris !

Rep à ça !